Les acquisitions du Mart sont exposées. Les œuvres de huit auteurs enrichissent le musée du Trentin. Il les expose désormais dans ses espaces


    Article de Vittorio garbi dans “Il Giornale” – 19/12/2021

    Date : 19/12/2021

    Événement : Les acquisitions du Mart sont exposées. Les œuvres de huit auteurs enrichissent le musée du Trentin. Il les expose désormais dans ses espaces 

    La richesse et le pouvoir d’un musée se manifestent dans ses collections.
    au fil des ans avec des œuvres appartenant à la province, et a recueilli des dons et des subventions pour devenir l’un des musées possédant le plus grand nombre d’œuvres d’art moderne. Peu d’œuvres sont exposées, mais beaucoup sont stockées et peuvent être utilisées pour des échanges et des prêts pendant les expositions. Ma présidence s’est également distinguée par l’augmentation des achats qui intensifient et élargissent l’intérêt. C’est donc avec satisfaction que j’ai voulu faire connaître ces importantes acquisitions, en les exposant dans le parcours du musée.
    Nous commençons par un Giovanni Fattori peu ordinaire, un peintre absent des collections et qui est peut-être le maître le plus représentatif de la peinture italienne après l’Unification de l’Italie, dont il a illustré les hauts faits épiques. De grande taille et inhabituellement vertical, le Paysage avec bœufs au coucher du soleil est un exercice singulièrement virtuose et originellement expérimental, avec une composition héraldique et une surface glacée. Une solution insolite et aérienne, dans le pur genre du paysage, avec un élan inhabituel, le résultat magistral échappe à tout descriptivisme pour une vocation symboliste presque inconsciente, d’une grande élégance.
    La Danseuse de Franz von Stuck, conçue en 1897-1898, à l’apogée de la Sécession munichoise et l’année où l’artiste épouse Mary Lindpaintner, a certainement une saveur internationale, en plein symbolisme. La sculpture fait partie du projet de la Villa Stuck, la précieuse maison-atelier conçue et construite par l’artiste lui-même dans un imposant style néoclassique. Stuck a conçu aussi bien les formes architecturales, inspirées d’un tableau de Böcklin, Villa sul mare, que les décorations intérieures, meubles, peintures et sculptures, pour lesquelles il a reçu une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1900 à Paris. Il convient de noter que la sculpture, présentée dans l’exposition consacrée par le Mart à Isadora Duncan, dialogue avec les œuvres du Trentin de Luigi Bonazza, qui étudiait à Vienne dans ces mêmes années.
    La vue Poésie du fleuve – Vérone de Bartolomeo Bezzi est précieuse et nacrée, avec l’effet presque monochrome d’un jour gris et brumeux. Une peinture très poétique et évocatrice qui évite toute complaisance pour exprimer un état d’esprit d’anxiété et de perturbation. Son exécution correspond au moment de la crise nerveuse qui a frappé le peintre en 1914. Certainement pas voyante ou descriptive, la vision de Bezzi remonte aux visions brumeuses de Turner, avec une atmosphère similaire à celle des paysages de Nolde et de Permeke, interceptant une vocation nordique très inhabituelle dans la peinture de paysage italienne. L’œuvre apparaît significative et utile dans la perspective des célébrations du centenaire de la mort du peintre en 2023.
    La grande sculpture de Libero Andreotti Perdono (groupe tragique), moulée sur les deux faces, est très importante et remarquable, d’un autre artiste absent des collections. Il s’agit d’un témoignage fondamental du rapport entre le sculpteur et Ugo Ojetti dans le moment germinal (1921) du retour à l’ordre, qui caractérise la troisième décennie de l’École. La reconsidération de la sculpture du XVe siècle indique un chemin suivi, avec des résultats différents, dans les mêmes années par Arturo Martini. Je tiens à signaler qu’à l’occasion de la première exposition monographique moderne de l’œuvre de l’artiste, dont j’ai été le commissaire en 1993 au Castello della Mesola, je suis tombé sur le moulage en plâtre de la sculpture, singulièrement patiné à l’or, dont j’ignore l’emplacement actuel. Le bronze a une puissance concentrée dans le geste de la mère qui accueille sa fille repentie. D’un côté, nous voyons le chien, présence domestique amicale ; de l’autre, avec une vive suggestion évocatrice, “l’enfant qui va naître”, comme l’écrit Ojetti lui-même, déjà debout entre les deux femmes, remplit de son petit corps gras et prospère, de ses bras hauts, de son visage rond et rieur, l’espace entre les deux jupes”. Et il ajoute, convaincu de l’originalité de l’invention : “Quelques excès de dureté dans le visage de la vieille femme et de l’enfant ne diminuent pas la continuité de la ligne et la poésie de cette œuvre où les éléments narratifs et plastiques sont classiquement équilibrés”. En réalité, il s’agit d’une puissante entreprise anti-classique, dans ces années-là, peut-être grâce à la suggestion vive de Bourdelle, croisée avec la tradition italienne de Jacopo della Quercia.
    Un autre thème familier, mais sans la puissance du drame, est le Portrait de Marcella Rossellini (1922) d’Arturo Noci. Le merveilleux fond, vaguement inspiré de la chinoiserie, sur lequel pose la jeune fille vêtue de blanc avec son chien, enrichit poétiquement l’une des plus hautes inventions du peintre, et indique son attention convaincue à Klimt, évoluant dans le sillage de sa production tardive. La poseuse est Marcella Rossellini, sœur du célèbre réalisateur Roberto, et, loin de tout style ou tendance, elle présente une inhabituelle modernité bourgeoise, une propreté formelle qui anticipe naturellement, sans intentions programmatiques, le Novecento et le Réalisme magique de Sarfatti, avec une simplicité désarmante. Le Mart prépare une exposition sur la fortune du grand peintre autrichien en Italie, dans laquelle cette œuvre sera suprêmement représentative.
    Dans le même esprit, le grand et merveilleux panneau décoratif avec la façade de la basilique Saint-Marc de Guido Marussig, destiné à la maison turinoise du peintre Golia, céramiste et ami de l’artiste de Trieste, a déjà gagné une place dans les collections permanentes. Chef-d’œuvre de haute décoration, à mi-chemin entre le goût de Klimt et de Zecchin et celui de D’Annunzio, le tableau scintillant transfère l’enchantement de Venise dans le rêve d’une nuit.
    Une heureuse circonstance a également amené au Mart les deux belles natures mortes musicales du frère de Guido Marussig, Piero, qui ont accompagné la redécouverte de l’art italien du XVIIe siècle, à la suite de l’exposition au Palazzo Pitti en 1922, dans le climat qui allait conduire dans ces années-là à la redécouverte du Caravage. Parmi le groupe d’artistes du XXe siècle, Marussig s’est montré le plus sensible à la peinture inspirée par les antiquités.
    l’inspiration, dans l’esprit de Cristoforo Munari et d’Evaristo Baschenis. Marussig a également acquis le dessin préparatoire du tableau Autunno (Automne), appartenant à la collection Mart.
    La série d’achats s’est conclue par une sculpture puissante et antirhétorique, en plein fascisme, comme la Tête de boxeur du grand sculpteur oublié Romeo Gregori. L’une des sculptures les plus originales et les plus expressives des années 1930. Et un boxeur qui est joué, “un contrepoint efficace à l’exaltation de l’activité sportive et de la perfection physique utilisée par le régime comme un outil de propagande” (Beatrice
    Avanzi). Il y a quelques années, à Vicence, lors d’une exposition consacrée à Mario Mirko Vucetich, qui avait partagé avec Gregori un atelier à Villa Strohl-Fern, j’ai reconnu un exemplaire de cette sculpture singulière qui avait perdu l’identité de son créateur et qui se trouve aujourd’hui à la fondation Cavallini-Sgarbi. Je ne pouvais pas imaginer que le destin me permettrait de trouver une autre version pour le Mart, témoignant de la grandeur cachée d’un artiste caché.

    V. Sgarbi

    LIRE TOUT

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example