DE GIOTTO À DE CHIRICO Trésors cachés (prêts de la Galerie Berardi)


    13 avril – 6 novembre 2016

    Date: 06/09/2016

    Événement: DE GIOTTO À DE CHIRICO Trésors cachés (prêts de la galerie Berardi)

    DE GIOTTO À DE CHIRICO Trésors cachés
    Un projet de la Région Lombardie
    organisée par Vittorio Sgarbi
    Al MuSa – Musée de Salò.

    À l’occasion de l’exposition organisée par Vittorio Sgarbi, la Galerie Berardi prête deux œuvres particulièrement significatives: Menace d’une tempête d’Ettore Beraldini, qui communique bien avec le réalisme magique de Cagnaccio di San Pietro, et Mère avec un enfant de Pietro Gaudenzi, qui reflète le climat de Revenez à l’ordre des années trente.

    «La chasse aux cadres n’a pas de règles, pas d’objectifs, pas de lieux de débarquement, elle est imprévisible. Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez, vous cherchez ce que vous trouvez. Parfois bien au-delà du désir et des attentes ». C’est ainsi que Vittorio Sgarbi décrit le mystère de la collection: “L’intérêt pour ce qui n’est pas là”.

    D’où l’idée de la grande exposition qui s’ouvre au MuSa di Salò: raconter à travers de précieux trésors «cachés», le déroulement de l’histoire de l’art italien, de Giotto, l’artiste qui a renouvelé la peinture, ainsi que Dante, son contemporain , est considéré comme le “Père” de la langue italienne, à Giorgio De Chirico qui, fasciné par l’art ancien, fut le principal représentant de la peinture métaphysique, à travers laquelle il tenta de révéler les aspects les plus mystérieux de la réalité.

    L’exposition ainsi comprise est donc un prolongement naturel de l’extraordinaire exposition “ Le trésor de l’Italie ” tenue à l’Exposition universelle de Milan en 2015, dans laquelle la variété génétique des grands chefs-d’œuvre conçus par l’intelligence, les humeurs, les émotions qui se réfèrent aux lieux, terres, eaux, vents qui les ont générés.

    » caché et protégé »dans les plus importantes collections privées italiennes. Sur une période de plus de sept siècles, de la fin du XIIIe siècle au début du XXe siècle, de Giotto à De Chirico, l’évolution des styles, des courants, des carrefours et des principales figures de l’histoire de l’art italien sera prise en compte.

    L’exposition s’ouvre sur deux têtes de marbre magnétiques féminines, les premières sculptures «italiennes» faisant référence à un maître Frédéric du milieu du XIIIe siècle, suivies d’un panneau avec la Madone de Giotto qui, d’abord, a dépassé les schémas byzantins de la Giottesque et le San Giovanni Evangelista par le célèbre sculpteur et architecte siennois Tino di Camaino, la croix du maître des croix crucifix et la croix processionnelle de la Vittoriale degli Italiani.

    La sélection d’œuvres de la fin du XVe au XVIIIe siècle offre au visiteur un large aperçu de la glorieuse école picturale locale, avec une large représentation d’artistes ou d’artistes lombards présents dans la région, entre Milan, Bergame, Brescia et Vérone: le Leonardo da Vinci Bernardino Luini, Giampietrino et Bernardino Ferrari, Agostino da Lodi et Bergognone, Altobello Melone, Giovan Gerolamo Savoldo, Girolamo Romanino, Francesco Prata da Caravaggio, Tanzio da Varallo, Francesco Cairo, Carlo Francesco et Giuseppe Nuvolone, Agostino Santagostino, Giacomo Ceruti, et encore le Vénitien Andrea Celesti et Pietro Ricchi de Lucca, tous deux actifs sur le lac de Garde. Les écoles picturales voisines sont largement documentées: la toscane (avec les œuvres de Giovanni Martinelli, Pietro Paolini, Alessandro Rosi), la vénitienne (avec les œuvres de Bernardino Licinio, Veronese, Matteo Ponzone, Pietro Liberi, Giulio Carpioni, Giulia Lama, Pietro Longhi, Francesco Fontebasso) et émilienne (avec des œuvres de Schedoni, Ludovico Carracci, Pietro Faccini, Guido Reni, Simone Cantarini, Guercino, Matteo Loves, Benedetto Zalone, Guido Cagnacci, Domenico Maria Viani, Donato Creti).

    Outre les peintures, les chefs-d’œuvre des sculpteurs Stefano da Putignano, des Pouilles, auteur d’un Ange avec cartouche, de Giambologna, dont un noble Christ Rédempteur est exposé, par le florentin Giuseppe Piamontini, auteur de deux bustes en marbre importants, et plus par le Génois Filippo Parodi, dont deux sensationnelles allégories de l’hiver et du printemps sont présentées.

    Le chemin ne pouvait pas ignorer certaines des personnalités les plus importantes de la peinture du XVIIe siècle entre Rome et Naples, telles que Pomarancio, Giovanni Battista Gaulli dit Baciccio, Giuseppe Cesari dit Cavalier d’Arpino, Andrea Sacchi, Jusepe de Ribera, Battistello, le maître de Fontanarosa, Francesco Cozza, Luca Giordano et Francesco Solimena. La période passionnante de la peinture du XIXe siècle est alors représentée par les chefs-d’œuvre d’Antoon Sminck Pitloo, Antonio Basoli, Filippo Palizzi, Domenico Morelli, Odoardo Borrani, Federico Rossano, Niccolò Cannicci, suivis par Antonio Mancini, Vincenzo Volpe, Vincenzo Migliaro, Gaetano Previati , Giovanni Boldini et Ettore Tito.

    En conclusion, arrivant au XXe siècle, autour de huit tableaux importants de Giorgio De Chirico, d’autres œuvres importantes des maîtres les plus célèbres du XXe siècle sont rassemblées, dont, pour ne citer que les plus connus, Giorgio Morandi, Felice Casorati, Aroldo Bonzagni, Filippo De Pisis, Alberto Savinio, Achille Funi, Renato Guttuso, Fausto Pirandello, Giacomo Manzù et Cagnaccio di San Pietro, nés à Desenzano del Garda.

    LIRE TOUT

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.