Lieux et vues de Rome au XIXe siècle. Du paysage classique à la peinture vivante


    15 décembre 2016-14 janvier 2017

    Date: 12/05/2016

    Lieu d’exposition: Galerie Berardi – Corso del Rinascimento, 9 Rome
    Organisation: Par Gianluca Berardi
    Événement: Lieux et vues de Rome au XIXe siècle. Du paysage classique à la peinture vivante

    Parmi les principaux collectionneurs et antiquaires de son temps, Attilio Simonetti (Rome 1843-1925) était un peintre très apprécié sur la scène internationale. Formé dans la capitale entre l’Accademia di San Luca et l’accademia di Giggi informelle de la via Margutta, l’artiste s’est rapidement imposé dans les années soixante-dix et quatre-vingt du XIXe siècle entre Rome, Londres, Paris et Madrid comme le seul véritable étudiant de Mariano Fortuny y Marsal, soutenu par le marchand Adolphe Goupil et très recherché par les collectionneurs européens et américains pour ses précieuses scènes de costumes et pour les images colorées du folklore local, réalisées avec talent à l’huile ou à l’aquarelle.

    A l’apogée de son succès, qui l’avait fréquemment vu fouler la scène des Salons parisiens, Simonetti a radicalement décidé d’abandonner sa carrière artistique pour se consacrer au commerce plus rentable des œuvres d’art, se qualifiant rapidement de connaisseur de renommée internationale.

    Sa collection, dans laquelle l’intérêt pour l’art européen côtoyait celui des manufactures arabo-hispaniques, marqua une nouvelle ligne sur le marché des antiquités, tandis que son atelier du Palazzo Altemps, aménagé en musée, était un modèle pour de nombreux artistes.

    Impliqué dans le mouvement culturel pour la renaissance des arts appliqués et de l’éducation artistique, qui à Rome a eu pour résultat la création du musée d’art industriel, Simonetti a également été l’un des artistes les plus engagés dans l’organisation du célèbre carnaval romain, des festivals d’artistes. à Tor Cervara promu par l’Association artistique internationale et les célébrations publiques du Capitole.

    Dans la première moitié du XIXe siècle, les principes du paysage classique se sont développés à Rome, directement inspirés des prototypes du XVIIe siècle de Claude Lorrain.

    Cette véritable architecture de paysage, toujours ordonnée par une ou plusieurs ailes arboricoles, avec de petites figures au premier plan et une lente pente vers l’horizon, sera vécue par des maîtres italiens et étrangers.

    En ce sens, une exposition exemplaire est la grande toile du Suisse Johann Jakob Frey: Vue de Rome depuis Monte Mario. Le modus operandi pour fixer dans ces grandes toiles les sensations dérivées de la vie a été constitué par les études en plein air réalisées à l’huile, sur de petites toiles ou plus souvent sur papier, selon une méthode développée en France par Camille Corot puis importée en L’Italie par le Néerlandais Anton Sminck van Pitloo.

    Sur l’écran, un camée des études de la vie, est la petite huile sur papier d’Ippolito Caffi représentant l’intérieur du Colisée avec des fusées éclairantes. Bientôt, ce sera Massimo Taparelli D’Azeglio qui théorisera cette méthode de travail: «J’ai peint de la vie sur des toiles de dimensions suffisantes, en essayant de finir l’étude, ou de peindre sur place, sans rajouter un coup de pinceau chez moi» (D’Azeglio 1867 ).

    Toujours dans la première moitié du siècle, le thème des marais pontins apparaît pour la première fois dans le répertoire de la peinture de paysage, dont une œuvre fascinante du Gallois Penry Williams sera exposée. Une intention clairement documentaire, en revanche, est ce qui ressort du tableau de Vincenzo Giovannini représentant Pie IX quittant Rome sur la Via Flaminia.

    La prochaine étape sera la peinture d’après la vie expérimentée par Nino Costa, qui avec son ami George Mason commencera à battre la campagne romaine en peignant – et selon les mots du peintre romain – «où il faut rester les pieds dans les flaques». Les effets atmosphériques du «réalisme intellectuel» opéré par Costa et Mason, bientôt associé dans la soi-disant «École étrusque», seront alors fondamentaux pour le développement ultérieur du réalisme toscan.

    Les roturiers de la forêt de pins d’Ostia Antica peuvent être considérés comme un manifeste programmatique de l’école étrusque. En même temps que Nino Costa, de nombreux peintres étrangers se mettent à dépeindre les lieux les plus fascinants de Rome, sollicités par un marché de plus en plus florissant, abandonnant le langage réaliste au profit d’une technique para-impressionniste plus immédiate.

    Parmi les différentes œuvres exposées, nous rappelons l’Arc de Titus de Theodor Groll, Le Tibre à Ponte Sant’Angelo avec Saint Pierre en arrière-plan par l’Allemand Carl Wuttke, et Sur la Via Appia de Franz Richard Unterberger.890 l’artiste a quitté l’atelier de Palazzo Altemps et a acheté le bâtiment récemment construit par le prince Baldassarre Odescalchi via Vittoria Colonna. La galerie Simonetti est devenue l’un des espaces les plus prestigieux de la ville, elle a été visitée par d’illustres représentants de l’aristocratie italienne et européenne et du monde artistique et a été un point de référence fondamental pour les plus grands experts de la scène muséale internationale.

    Pour la première fois depuis sa mort, la galerie Berardi consacre une exposition à l’artiste-antiquaire dans laquelle seront exposées certaines de ses œuvres les plus significatives de la collection des héritiers, pour illustrer certains des thèmes clés de sa riche production. L’exposition est accompagnée de la première monographie sur l’artiste, éditée par Teresa Sacchi Lodispoto et Sabrina Spinazzè, accompagnée d’un riche appareil bibliographique et iconographique comprenant la publication des œuvres dispersées sur le marché international.

    LIRE TOUT

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.