Vous avez recherché

Peintre

Vincenzo Capobianchi


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Vincenzo Capobianchi

( Roma 1836 - 1928 )

Peintre

    Vincenzo Capobianchi

    Vincenzo Capobianchi est né à Rome en 1836. Fils d’un antiquaire de la Via del Babuino, il grandit parmi les antiquités, les statues, les tableaux et les pièces de monnaie : un cabinet de curiosités, un environnement vivant qui l’a immédiatement encouragé à montrer son talent pour la peinture. Élève de Tommaso Minardi à l’Accademia di San Luca, il se détache presque immédiatement du modèle puriste, grâce à ses contacts avec la colonie d’artistes espagnols de Rome.

    Le lien avec Mariano Fortuny

    Tout en conservant une passion de toujours pour les antiquités, Vincenzo Capobianchi a commencé à partager cette caractéristique avec le peintre espagnol presque contemporain Mariano Fortuny, qu’il a rencontré dans les années 1960 et qui s’est avéré être une figure clé dans son développement stylistique. En effet, le peintre romain a immédiatement acquis de lui la fraîcheur de la composition et l’extraordinaire profusion des variations de couleurs, construites par des touches précieuses et riches en lumière.

    Le lien entre les deux artistes est illustré par l’épisode désormais célèbre de l’achat par Vincenzo Capobianchi du tableau Amateur d’estampes de Fortuny, qu’il a ensuite vendu à Adolphe Goupil. C’est par l’intermédiaire du marchand d’art parisien que l’artiste romain a réussi à se hisser au sommet du marché européen, bien qu’il soit réputé pour sa lenteur d’exécution, qui ne lui permettait de terminer que quelques tableaux par an.

    Peintre, antiquaire et numismate

    En fait, très peu d’œuvres nous sont parvenues de l’artiste, qui, après les années 1890, a cessé de peindre pour se consacrer entièrement au commerce et à l’étude des monnaies anciennes, figurant d’ailleurs parmi les membres de la Société numismatique italienne, à partir de 1892.

    Quoi qu’il en soit, le peintre était loué pour la précision de son dessin et la pâte de ses couleurs, qualités que l’on retrouve dans ses tableaux les plus significatifs, tous liés au monde des antiquités, aux reconstitutions de l’époque classique, aux scènes de genre contemporaines et aux portraits féminins langoureux, comme le Portrait de la baronne de Rotschild.

    Scènes néo-pompéiennes et marchands d’art

    Parmi eux, citons Le salon Rotschild à Paris et Le vendeur d’antiquités, un tableau qui a marqué le premier succès de Vincenzo Capobianchi vers le succès. Elle combine deux thèmes typiques de la peinture de genre de la seconde moitié du XIXe siècle, la reconstruction néo-pompéienne et le motif du marchand d’art et d’antiquités, tous deux très en vogue sur le marché international, comme en témoignent les œuvres d’Ettore Forti, Gerolamo Induno, Giovanni Muzzioli, jusqu’à la plus haute expression du genre chez Alma-Tadema.

    Le vendeur d’antiquités est un exercice de style clair, un prétexte pictural habile et soigné, une occasion de démontrer la connaissance antiquaire de l’artiste, fils d’un marchand d’art, auquel le singe au premier plan fait une curieuse référence, symbolisant peut-être Via del Babuino. Les pièces antiques, des masques de théâtre aux amphores, en passant par les vases, les statuettes et le tapis égyptien, sont autant de références à des œuvres qui ont réellement existé et qui sont aujourd’hui conservées dans des musées du monde entier, comme l’a souligné une étude de François de Callataÿ. Les connaissances de Capobianchi en matière d’antiquités et de numismatique se sont poursuivies jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, lorsqu’il a maintenu ouverte la boutique de son père, point de référence pour des collectionneurs et des artistes tels qu’Attilio Simonetti, qui était également un expert et un très bon artiste-antiquaire dans la voisine Via Margutta.

    Elena Lago

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.