Vous avez recherché

Sculpteur

Valentino Besarel


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Valentino Besarel

( Zoldo 1829 - Venezia 1902 )

Sculpteur

    Valentino Besarel

    Dit le sculpteur vénitien connu comme artiste uniquement sous le nom de Besarel, il est né à Zoldo, province de Belluno, le 29 juillet 1829, d’un père artiste nommé Giovanni Battista, et était, parmi ses autres frères, le seul qui exclusivement destiné à perpétuer la tradition artistique de la famille.

    Après le grand Andrea Brustolon, qui a laissé de magnifiques sculptures en bois et une longue lignée d’élèves, dont personne n’a jamais atteint la hauteur du maître, Valentino Besarel s’est placé sur les traces de ses ancêtres et surtout de ceux de ses arrière-grand-père, qui portait le même nom que Valentino et qui plus que les autres se distinguait dans cet art.

    Notre Valentino Besarel a été envoyé par son père dans des écoles comme un garçon, mais pour des raisons économiques, quoique trop impérieuses, il n’a pu les fréquenter que trois mois.

    Le professeur. Fedrici di Belluno lui a donné des cours de dessin, mais comme le jeune homme n’a pas pu continuer ses études, il a dû s’adapter au métier de menuisier et de maçon jusqu’à l’âge de vingt ans.

    En 1849, après que l’architecte Giuseppe Segusini de Belluno (un homme très méritant de son pays) acheta pour le père de Valentino la décoration et la décoration de l’église archidiacre d’Agordo, il réussit avec l’entière satisfaction des clients et obtint suffisamment de revenus pour prendre le risque. d’envoyer son fils Valentino, qui a fait preuve d’un vrai talent artistique, étudier le dessin à l’Académie des Beaux-Arts de Venise; mais, après seulement trois ans, et toujours en raison de moyens limités, où notre Valentino, à son plus grand découragement et sans avoir terminé son éducation artistique, retourna dans son pays en 1853.

    L’affectation des quatre évangélistes à la cathédrale de Belluno lui insuffla un courage nouveau, et en travaillant avec la plus grande diligence et passion, sans encore obtenir la rémunération relative, Valentino n’avait d’autre but que l’art lui-même, de sorte qu’il était tordu par l’humilité des ordinations et former un nom.

    En 1860, il avait diverses bonnes affectations de grands cadres avec feuillage et chérubins vraiment artistiques, qu’il exécuta pour un monsieur de l’Alta Trivigiana, dont il fit un beau spectacle de lui-même à l’Exposition de Paris et figure (illustré par le comte Finocchietti ) en l’an II (1870) de l’art italien, bien qu’exécuté environ six ans plus tôt.

    La même année (1860), le comte Francesso Miari de Belluno lui confia le tabernacle de l’église de San Rocco et avec le gain réalisé là-bas, Valentino Besarel put se rendre à Florence en 1860-1861, accompagné de son frère Francesco, qui est toujours resté plus tard dans son entreprise et l’a toujours aidé et soutenu dans tous les travaux, se contentant de soutenir une partie secondaire.

    De retour en 1861 à Belluno, où, d’ailleurs, Valentino devait se convaincre avec une grande amertume de la vérité de ce triste proverbe que personne n’est prophète dans son pays natal, la police autrichienne lui a demandé de lui offrir des honneurs et des emplois, partout où il voulait d’envoyer ses produits à Vienne et on lui présenta une sorte de protocole où il était obligé de signer.

    Valentino, cependant, a rejeté avec insistance ses offres honorifiques et lucratives, car il avait l’intention de rester italien et d’honorer sa patrie.

    Les tristes conséquences de son refus ne nous ont pas fait attendre longtemps, car, entachées de persécutions et de menaces, celles-ci devinrent plus fréquentes et plus sévères, lorsque les deux frères, Valentino et Francesco Besarel, décernèrent en 1861 à Florence et collectèrent 6000 Lire, quel prix de leur travail, ils ont payé cette somme au profit de l’émigration italienne.

    Malgré ce grand succès, le destin n’a pas encore commencé à sourire aux frères industrieux, car, pendant dix almi consécutifs, c’est-à-dire jusqu’en 1870, restant à Belluno, où ils avaient planté un grand studio, ils n’avaient que de petites missions et devaient lutter non seulement avec ceux qui les opposaient, au lieu de les protéger et de les favoriser, mais aussi avec le besoin, qui menaçait, faute de commissions, de les réduire à leur premier métier de charpentier et de maçon, c’est alors que les deux frères décidèrent de quitter leur pays et aller à Venise, où, pendant trois très longues années, notre Valentino a dû s’adapter à recevoir des commandes d’occasion et se contenter de petits gains.

    Les œuvres réalisées à Venise sur commande du prince de Galles et apportées à l’Exposition de Vienne en 1873, ouvrent un nouvel horizon à Valentino Besarel, car elles lui donnent l’occasion de faire connaître toute sa valeur artistique aux différentes nations d’Europe et lui procurent l’avantage de commandes nombreuses et importantes.

    A l’exposition de Vienne, Valentino Besarel a reçu le Grand Diplôme d’honneur et a été fait chevalier par l’empereur François-Joseph.

    Un honneur semblable lui avait déjà été conféré par notre gouvernement et lui fut plus tard donné par la reine d’Angleterre.

    En 1878, il a reçu la médaille d’or de la République française et il a reçu le brevet de chevalier de la Légion d’honneur.

    Après l’Exposition de Vienne, il n’y a pas eu d’Exposition d’importance, à laquelle le chevalier Valentino n’a pas envoyé ses œuvres, et partout il a obtenu de nouveaux diplômes d’honneur et de nouvelles médailles d’or.

    Au milieu des distinctions reçues et des contrats toujours croissants, cav. Valentino pense sérieusement à se préparer à satisfaire ses nombreux entrepreneurs, et s’est transporté d’une maison très méchante au milieu des jardins potagers au fond de la Venise presque extrême, sur le Grand Canal, près du Palazzo Foscari où il a acheté un vieux et spacieux Le palais, qu’il a lui-même restauré presque depuis ses fondations, s’est équipé d’artistes très habiles, presque tous éduqués par lui, et a mis en place un vaste établissement, qui entièrement dirigé par lui, ne réalise que des travaux conçus et assidûment supervisés par le maître.

    Il fait les choses les plus délicates et les plus fines ou les retouche lui-même, malgré le malheur qui lui est arrivé il y a cinq ans de se scier trois doigts.

    Il a fait faire les poignées des ciseaux avec certains renfoncements, qui lui permettent d’appliquer ses doigts, qui restaient de sa main droite pour les tenir fermement dans sa main, et il a eu l’honneur de montrer notre auguste reine en personne comme il l’utilise, en sculptant la tête d’un putto sous ses yeux.

    Étonnée, la reine s’est exclamée:

    «Cher Besarel, si vous ne pouvez pas le voir, vous ne pouvez pas le croire», et elle s’en alla très satisfaite.

    La sculpture sur bois n’est pas le seul art pratiqué par cav. Besarel.

    Il a également réalisé de belles œuvres en marbre.

    En effet il faut dire que les œuvres les plus importantes ont été sculptées par lui dans le marbre, et ci-dessous nous verrons l’énumération des principales.

    Beaucoup et vraiment très importants étaient les travaux qu’il a exécutés en bois de toute sorte, mais l’un des plus importants et des plus merveilleux, pour le très court laps de temps où il a été réalisé, était celui commandé par nos augustes souverains en 1888, deux mois auparavant. arrivée à Rome de l’empereur d’Allemagne.

    Il s’occupait de tout le mobilier de la salle Quirinale, destiné à l’accueil de l’empereur précité que le cav. Besarel a dû réaliser sa conception spéciale en l’espace de soixante jours.

    Au jour fixé, tout était prêt, et le succès de l’œuvre grandiose était si digne d’éloges, que la reine elle-même, quelques minutes avant l’arrivée de l’empereur, appela spécifiquement le cav. Besarel d’exprimer sa pleine satisfaction et de lui dire que les meubles avaient réussi dans une telle beauté et perfection qu’ils plaisaient à tout le monde, même aux personnes les plus intelligentes et les plus difficiles à satisfaire.

    Les principaux étudiants de Valentino Besarel étaient: GB De Lotto, qui travaille aujourd’hui à Venise dans son atelier particulier, Pietro Lazzaris et Luigi Chinol, qui a déménagé définitivement à Paris, Luigi De Paoli, sculpteur sur bois et marbre, mais plus en marbre et en bois, qui s’installe à Pordenone; Girolamo Bertot, qui travaille à Venise et bien d’autres de moindre mérite qu’il faudrait pour dénombrer.

    Tous ces jeunes sculpteurs étaient détenus par la cav. Valentino Besaral pendant de nombreuses années dans sa maison comme s’il s’agissait de ses propres enfants, car il eut l’idée de former une sorte d’atelier de son atelier à l’usage des peintres de l’époque de Bellini, Giorgione et Titien.

    Son atelier actuel, accessible à tous, peut être qualifié de vaste musée de la sculpture sur bois et des objets de sculpture, et il n’est que regrettable qu’il n’y ait pas assez d’amateurs de tels beaux-arts dans la ville de Venise pour voir ce musée. de temps en temps changer et se renouveler.

    Suivons maintenant la note des principaux travaux de cav. Valentino Besarel exécuté après 1870; pour MG Blech, ingénieur des callosités des chemins de fer russes, «Meubles Ricche»; pour S. A. R. le Prince de Galles, “Rich frames and candelabra”; pour le général russe Pietro Durnoff, “Riche mobilier et deux grandes cheminées, l’une en bois et l’autre en marbre”; pour leurs Altesses Impériales les Grands Ducs de Russie Sergio et Paolo, “Diverses sculptures en bois”; pour S. A. R. et Imp. Federico II de Prusse, “Diverses sculptures en bois”; pour S. M. la Reine de Saxe, “Diverses sculptures en bois”; pour S. E. le comte Bobrinsk à la villa Malta à Rome, une “cheminée en marbre”; pour l’avocat Antonio Borgogna di Vercelli, “L’apothéose de S. M. Vittoria Emanuele II, de Novare à Rome”; pour RR. Pères capucins de Pernambuco en Amérique, “Grand bas-relief historique” et deux statues: “San Francesco” et “Sant’Antonio” en marbre de Carrare; pour le Comité de Zoldo (Province de Belluno), “Monument au sculpteur Andrea Brustolon”; pour la comtesse Pisani, à Vescovana (province de Padoue), “Statue monumentale d’Almorò III Pisani”; pour l’ingénieur Carlo Bulso, “Monumentino pour sa fille, au cimetière de Chioggia”; une “Grande Table pour les joies de S. M. la Regia d’Italia”: pour l’église de la Grazie d’Este, “Quatre statues de pierre”; pour l’église de Conselve (Province de Padoue), “Quatre grandes statues représentant les quatre évangélistes”; pour Mme Segato de Belluno, “Monumentino pour son mari décédé au cimetière de Belluno”; pour Monsieur. Antonio Tèry, de Paris, “Meubles riches” qui sont en partie présentés à la présente Exposition de Paris (1889).

    En plus des ouvrages marqués ici en contre-bas, le cav. Valentino Besarel un grand nombre de cadres avec des fruits et des feuillages de toutes formes et tailles, et de grands candélabres et Putti entrelacés; de nombreux bustes en bois et en marbre, de nombreux meubles de beau design, toujours variés et toujours mêlés de beaux angelots dans toutes les attitudes les plus vagues et les plus sympathiques.

     

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.