Vous avez recherché

Peintre

Sironi Mario


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Sironi Mario

( Sassari 1885 - Milano 1961 )

Peintre

    Sironi Mario

    Mario Sironi est né à Sassari en 1885. L’année suivante, sa famille s’installe à Rome, ville où il passe son enfance et où se déroule sa formation artistique. Après avoir interrompu ses études classiques, il s’inscrit à la Scuola Libera del Nudo, où il rencontre Giacomo Balla, dont il fréquente assidûment l’atelier.

    Les premières approches, entre l’expérimentation divisionniste et le cubo-futurisme

    Dans les premières années du XXe siècle, c’est dans l’atelier de Balla que le jeune artiste se lie avec Gino Severini et Umberto Boccioni, et commence à expérimenter le divisionnisme, que Sironi lui-même a détruit.

    En 1905, il commence à s’éloigner de Rome : il fréquente Milan et effectue plusieurs voyages en France et en Allemagne pour se tenir au courant des innovations européennes. Dans les années 1910, il est particulièrement proche de la poétique futuriste, qu’il lit également dans une clé cubiste, révélant des affinités avec Léger.

    Il participe avec enthousiasme à la guerre mondiale et, immédiatement après la guerre, en 1919, il organise sa première exposition personnelle à la Casa d’Arte Bragaglia de Rome. C’est également l’année où il s’installe à Milan, qui deviendra sa ville adoptive et lui permettra de devenir l’une des personnalités artistiques les plus brillantes des années 1920 et 1930.

    Le groupe Novecento

    En 1920, avec Leonardo Dudreville, Achille Funi et Luigi Russolo, il signe le manifeste intitulé Contro tutti i ritorni in pittura. En même temps, il commence à se consacrer à la série des Paysages urbains, qui commencent à identifier sa peinture rythmique, avec ses tons bruns et sa syntaxe fermée et silencieuse. C’est un langage qui convient au retour à l’ordre naissant, dont Mario Sironi sera l’un des principaux représentants au sein des sept peintres du Novecento.

    Ce groupe, fondé en 1922 à Milan sous la protection de Margherita Sarfatti, expose pour la première fois en 1923 dans la galerie de Lino Pesaro. En 1924, Sironi participe à la Biennale de Venise, avec le groupe, avec quatre œuvres, L’élève, l’architecte, La figure et la Vénus, qui inaugurent la saison la plus florissante du peintre, celle de l’entre deux guerres.

    C’est là que s’impose son style caractéristique, fondé sur une peinture monumentale, “architecturale”, où les volumes lourds et imposants des personnages archaïques se détachent sur des fonds austères et lugubres. Le langage archétypal et symbolique des compositions de Sironi apparaît dans toutes les expositions du Novecento (il devient, entre autres, membre du conseil d’administration du groupe) et également à la Biennale de 1928, où il dispose d’une salle personnelle et expose onze œuvres dont Paysage n° 1, Sculpteur, Paysage urbain, Composition et Étude de nu.

    Peinture murale

    Dans ce contexte artistique et organisationnel, la peinture de Sironi commence à se conjuguer avec une vocation environnementale, qui se développe notamment dans la peinture murale. Langage identitaire des années 30, il est inauguré par la décoration du Salone delle cerimonie à la Triennale de Milan en 1933, où il exécute Les travaux ou Les travaux et les jours. Fervent défenseur de la peinture murale, il intervient également dans le Manifesto della pittura murale, publié par Massimo Campigli et Carlo Carrà en 1933 dans “Colonna”.

    Au cours des années 1930, Mario Sironi réalise des cycles décoratifs dans toute l’Italie : de l’Aula Magna de l’Université Sapienza de Rome en 1935 à l’Aula Magna de Ca’ Foscari à Venise en 1937. L’âge d’or de sa carrière artistique se termine avec la guerre et la chute du fascisme. Vers la fin des années 1930, il revient au motif des paysages et des périphéries urbaines, dans des compositions de nature expressionniste et allégorique, où des figures, des objets, des fragments de vues et de bâtiments urbains se superposent à plusieurs plans narratifs, dont Composition de 1939.

    En 1956, il est élu par acclamation membre de l’Accademia di San Luca, après avoir reçu le prix Luigi Einaudi deux ans auparavant. Son dernier cycle de toiles tourmentées date de 1960, dans lequel le langage figuratif est combiné à un traitement mordant et expressif de la palette sombre. Il est mort à Milan en 1961.

    Elena Lago

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura

    Oeuvres de Sironi Mario


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.