Vous avez recherché

Peintre

Ricardo Villegas y Cordero


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Ricardo Villegas y Cordero

( Siviglia 1849 - 1896 )

Peintre

    Ricardo Villegas y Cordero

    Ricardo Villegas y Cordero est né à Séville en 1849. Frère cadet de José, il a suivi sa propre vocation artistique. Dans un premier temps, cependant, avec les encouragements de ses parents, il étudie les sciences à l’université de Séville de 1870 à 1872. Il s’installe ensuite à Madrid pour étudier l’architecture, bien qu’il ait de plus en plus envie de se lancer dans la peinture, inspiré par les premiers succès de son frère José à Rome.

    En 1874, grâce à son frère, il reçoit une lettre d’introduction de Fortuny (peu avant sa mort) qui le présente au riche collectionneur William Hood Stewart, qui a sa maison à Paris. Mais au lieu de partir pour la capitale française, Ricardo Villegas y Cordero a pris la route de Venise, où il a rencontré le peintre espagnol Rogelio Egusquiza, de passage dans la cité lagunaire après avoir assisté aux funérailles de Fortuny à Rome.

    Le déménagement à Rome: l’héritage de Fortuny

    C’est à Rome que le jeune homme se rend en 1875 pour rester près de son frère, avec qui il vit dans la maison de la Via Flaminia. Son dessin devient impeccable grâce aux longues heures de pratique dans l’atelier de José et, progressivement, sa peinture devient également très lumineuse, s’inspirant évidemment des petites touches virtuoses et brillantes du chromatisme de Fortuny. En même temps, il a hérité de son frère une passion pour les thèmes historiques et de genre, traités avec sensibilité et imagination.

    Il a envoyé ses œuvres à la Société pour la protection des beaux-arts de Séville. Il a connu un grand succès avec des sujets orientalistes et de genre, tels que Le Bazar en Tunisie et La Diseuse de bonne aventure. L’attention portée aux détails exotiques, aux costumes, aux décors, mais surtout un colorisme chaleureux et attrayant qui se déploie dans un espace parfaitement géré font de Ricardo Villegas y Cordero un peintre très apprécié dans toute l’Europe, comme son frère.

    Histoire et Orientalisme

    Entre petites toiles de costumes et grands tableaux vendus par Goupil à Paris, dont Le Devineur, il construit son succès, qui culmine à l’Exposition internationale des Beaux-Arts de Munich en 1884 avec Combat de coqs, qui remporte le premier prix de la première classe.

    Ce succès a été suivi par l’exposition nationale de Madrid et de Naples en 1887. Les œuvres présentées, Un maréchal-ferrant et Un pêcheur, représentent non seulement l’affirmation définitive de l’artiste sur la scène internationale, mais aussi un changement radical de style. Alors que jusqu’à présent la virtuosité lumineuse de Fortuny l’emportait, on constate maintenant une plus grande monumentalité des figures et une solidité formelle, ainsi qu’un clair-obscur accentué qui rappelle celui de Velázquez au XVIIe siècle.

    La Mort de Viriato, le tableau le plus important de l’histoire de Ricardo Villegas y Cordero, date de 1890. Conservée dans la villa de style mauresque de son frère José, elle n’obtient pas le succès qu’il espérait, qui arrive en 1891 à l’Exposition internationale des beaux-arts de Barcelone avec Castañera.

    En 1892, il continue à produire des sujets d’histoire, avec la Présentation de Colomb aux Rois Catholiques, acquise par la Mairie de Séville, suite aux célébrations du quatre centième anniversaire de la découverte de l’Amérique. Parallèlement, il continue à travailler sur de petits tableaux de chambre aux sujets de genre et orientalistes, dont La punition de l’odalisque.

    Il est mort subitement en 1896 sur le fleuve Guadalquivir alors qu’il chassait avec un groupe d’amis. En sa mémoire, son frère José a créé un prix annuel pour les étudiants en peinture de l’Académie des Beaux-Arts de Séville.

    Elena Lago

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.