Vous avez recherché

Peintre

Giuseppe Cellini


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Giuseppe Cellini

( Roma 1855 -1940 )

Peintre

    Giuseppe Cellini

    Giuseppe Cellini est né à Rome en 1855. Il a suivi une formation à l’Institut des Beaux-Arts en 1873, puis des cours de dessin appliqué au Museo Artistico Industriale, où il a obtenu son diplôme en 1880. Il s’intègre parfaitement au climat culturel de la Rome symboliste, fréquentant immédiatement le milieu de la revue “Cronaca Bizantina”.

    Entre symbolisme et Art nouveau à Rome

    Grâce au contact avec le prince Baldassarre Odescalchi, il commence à participer à des salons sociaux et culturels, rencontrant Gabriele D’Annunzio en 1882, dont il devient l’ami et le collaborateur. La même année, à l’Association artistique internationale, il rencontre Nino Costa qui lui fait découvrir l’école étrusque et le symbolisme préraphaélite. En 1885, toujours dans le contexte de l’école étrusque, il participe à l’exposition des Amateurs et des Connaisseurs des Beaux-Arts, avec une série d’aquarelles évocatrices dans lesquelles le paysage prend une valeur mystique et émotionnelle : A l’intérieur de Rome, Vers le soir, Monts Parioli et San Domenico.

    À cette époque, il est pleinement lié au milieu artistique symboliste de la capitale et, en 1886, il participe à la fondation, avec Nino Costa, de l’association In Arte Libertas, une émanation de la Scuola Etrusca. La première exposition a été organisée au Studio Giorgi de Via San Nicola da Tolentino et a réuni tous les artistes qui ont participé aux rencontres du Caffè Greco avec Angelo Conti, le Doctor Misticus. Cellini, clairement orienté vers la partie préraphaélite de In Arte Libertas et apparenté aux tendances de l’esthétisme européen, avait publié en 1884 l’important article Per la bellezza dans “Cronaca Bizantina”, qui passait sous la direction de D’Annunzio.

    Les décorations de la Galerie Sciarra

    Peu de temps après, il est chargé par celui-ci de dessiner la couverture du périodique : il crée les Trois Grâces, dont le vêtement est une référence évidente à la Théodora des mosaïques byzantines de Ravenne. Et encore en 1886, il participe, avec d’autres artistes, à la création des illustrations de l’Editio picta de l’Isaotta Guttadauro de D’Annunzio. Deux ans plus tard, il est chargé par Maffeo Sciarra de décorer les bureaux de Cronaca Bizantina au Palazzo Sciarra.

    Un ensemble de rituels féminins, sur un fond rouge pompéien, qui résume les vertus de la femme bourgeoise de la fin du XIXe siècle. Un langage évocateur et libertaire se dégage de cette décoration raffinée et inédite. En 1889 et jusqu’en 1892, il s’installe au Portugal pour enseigner à l’école des beaux-arts de Lisbonne et à l’école des arts appliqués de Porto. Après de brefs séjours à Modène et à Naples, il revient à Rome en 1894. En 1896, il expose Vespro autunnale à Naples et, entre-temps, il travaille comme graphiste et chercheur pour la revue “Il Convivio” de De Bosis.

    Il n’a jamais cessé de travailler sur les décorations: en 1897, il est chargé de la décoration, de l’ameublement et de l’installation de la collection d’art de la Villa Anziani à Batteria Nomentana. Il collabore à nouveau avec D’Annunzio en tant qu’illustrateur de Francesca da Rimini, des Laudi et de Forse che sì forse che no.

    Son intense travail pictural se poursuit tout au long du début du XXe siècle. En 1901, il participe à la première Biennale de Venise avec Sur la Via Nomentana. L’année précédente, il avait rejoint le groupe XXV della Campagna Romana, contribuant au mouvement avec une série de vues idylliques et de paysages riches en éléments symbolistes.

    En 1906, il est nommé Académicien de San Luca et en 1925, il est admis parmi les Virtuosi del Pantheon. Il a ensuite décoré la salle de lecture de la bibliothèque Casanatense et la coupole de l’église Santa Rosa de Viterbo avec L’agneau mystique. Il a peint et exposé jusque dans les années 20. Il est mort à Rome en 1940.

    Elena Lago

    LIRE TOUT


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.