Vous avez recherché

Sculpteur

Giacomo Manzù


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Giacomo Manzù

( Bergamo 1908 - Aprilia 1991 )

Sculpteur

    Giacomo Manzù

    Giacomo Manzù, portant le nom de famille Manzoni, est né à Bergame en 1908. Issu d’une famille humble et nombreuse de Bergame, il entre très jeune en apprentissage dans un atelier de sculpture sur bois. Cette expérience l’a initié au monde de la sculpture, et il a rapidement découvert ses talents innés de sculpteur et de modeleur. À partir de 1921, il suit des cours du soir de sculpture à l’école Andrea Fantoni de Bergame.

    Pendant son service militaire en 1927, il s’installe à Vérone, où il suit avec peu d’assiduité les cours de l’Accademia Cignaroli. Mais à ce moment-là, son destin de sculpteur est certain : désireux d’élargir sa formation, il effectue en 1929 un séjour à Paris qui ne durera que très peu en raison des difficultés financières dans lesquelles il se trouve. À ce moment-là, il ne retourne pas à Bergame, mais décide de s’installer à Milan, une ville qui lui apportera bientôt le succès. Ses années de jeunesse sont marquées par un langage qui dépasse la solidité statique du Novecento et se nourrit des nouveaux courants expressionnistes du début des années 1930.

    Les débuts : la sculpture primitiviste

    Il devient l’interprète d’une sculpture vivante, parfois rugueuse, profondément primitiviste, que l’on retrouve déjà dans sa première œuvre importante, la décoration de la chapelle du Sacré-Cœur de l’Université catholique de Milan. Le mélange du stiacciato de Donatello et d’une expression entièrement personnelle et riche en lyrisme distingue ces premières œuvres, qui ont été approuvées par la critique (Giovanni Scheiwiller lui a consacré une monographie peu après) et ont été suivies de sa participation à la Triennale d’arts décoratifs de Milan. Il y a exposé une lampe en cristal avec une gravure en pointe de diamant et la sculpture en terre cuite Philémon et Baucis placée dans la cour du bâtiment de la Triennale.

    Le style caractéristique de Giacomo Manzù s’est progressivement développé entre décorativisme et plasticisme archaïque, proche de celui d’Arturo Martini, mais aussi très personnel et intime, anti-célébration et anti-monumental, même dans ses collaborations avec des architectes au cours des années 1930, dont Giovanni Muzio. Sa première exposition personnelle à Selvino date également de 1933, avec des textes de catalogue rédigés, entre autres, par Carlo Carrà et Giovanni Scheiwiller.

    Un nouveau plasticisme : entre solidité et lyrisme

    Au cours de ces années, il commence également à se consacrer à ses premiers sujets sacrés, dont le relief en relief Jésus et les femmes pieuses exposé à la Sindacale de Milan en 1934. En 1937, présenté par Carrà, il expose à la Galleria La Cometa de Rome, obtenant un succès également dans la capitale et inaugurant une nouvelle dimension stylistique qui retravaille le caractère statique et hiératique du retour à l’ordre des années 20, le déclinant en recherches sur la figure masculine et en particulier sur le thème du cardinal.

    Son succès à la Biennale de Venise en 1938 est suivi de celui de la Quadriennale de Rome en 1939, où émerge son nouveau langage, plus ferme dans ses volumes et en même temps vibrant dans ses surfaces, comme en témoignent le Portrait de sa femme en cire et le Cardinal en bronze. La réflexion sur la sculpture naturaliste de la seconde moitié du XIXe siècle revient également, comme en témoigne le délicat bronze Francesca Blanc, exposé à la Quadriennale de Rome en 1943. Dans les figures de cardinaux et d’évêques, y compris le Cardinal assis de 1940, il y a une réflexion sur la nature statique de la figure, sur l’utilisation de quelques lignes synthétiques et sur le drame humain qui se manifeste dans les regards, dans les expressions absorbées, dans l’absence de mouvement, dans la dimension presque géométrique et essentielle de certaines figures. Avec l’élaboration d’un art sacré moderne, l’expérience sculpturale de Giacomo Manzù s’achève également après la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’il collabore avec le Vatican, jusqu’à l’exécution de la Porte de la mort pour la basilique Saint-Pierre, achevée en 1964. Actif comme enseignant et sculpteur jusque dans les années 1970, il est mort à Aprilia en 1991, dans la villa où il s’était installé dans les années 1960.

    Elena Lago

     

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura

    Oeuvres de Giacomo Manzù


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example