Vous avez recherché

Peintre

Fausto Zonaro


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Fausto Zonaro

( Masi 1854 - Sanremo 1929 )

Peintre

    Fausto Zonaro

    Fausto Zonaro, fils d’un charpentier qui se rendit immédiatement compte de ses aptitudes pour l’art, fut rapidement inscrit à l’Institut technique de Lendinara, où il reçut ses premières notions de dessin et fut remarqué par Federico Cordenons, qui l’encouragea à fréquenter l’Académie. Il quitte rapidement la province de Padoue pour Vérone, où il fréquente l’Académie Cignaroli et étudie auprès de Napoleone Nani, où il s’approche du réalisme.

    Après un séjour à Venise, il s’installe à Naples en 1878 pour se perfectionner et réalise entre-temps de nombreuses œuvres inspirées du vérisme napolitain, qui se vendent facilement mais ne lui permettent pas de gagner sa vie.

    Les scènes de genre, entre anecdote spirituelle et technique impeccable

    En 1883, il expose A “lazzaro “de Naples et Le sartine de Turin, des œuvres qui indiquent son immersion dans la vie quotidienne napolitaine et l’acquisition complète d’un mode pictural qui le rapproche de l’anecdote curieuse, le tout peint avec un respect fidèle de la réalité.

    La même année, il expose également à Gênes, Florence et Rome, où il envoie Passez la vache, Les couturières napolitaines, La femme souffrante et La savonnière, une œuvre qui révèle son goût pour les croquis inspirés d’un épisode tiré de la réalité mais décrit avec une verve pleine d’esprit. La technique, minutieuse et détaillée, en revanche, découle entièrement de la leçon vénitienne de Nani.

    À l’Exposition de Venise de 1887, il envoie une série d’œuvres caractérisées par la même acuité chromatique et anecdotique : Le Travailleur de perles, Le Rédempteur, Le Crieur public, L’Attente, Les Écraseurs, autant de sujets tirés de la vie quotidienne.

    Grand voyageur et peintre constamment à la recherche de nouveaux motifs, il s’installe à Paris pour une période, où il actualise son style à la couleur et à la lumière post-impressionnistes. C’est à cette époque que s’opère la véritable maturation de l’artiste : il est parvenu à un langage personnel, imprégné des détails de la tradition vénitienne, du goût pour les anecdotes spirituelles, du réalisme napolitain et de la liberté impressionniste.

    L’orientalisme : Zonaro, peintre de cour à Constantinople

    Grâce à la lecture de Constantinople d’Edmondo De Amicis, il est attiré par l’idée de partir en Orient avec sa femme Elisa. À la fin des années 1980, ils se retrouvent à Istanbul et s’installent dans le quartier de Pera, où Elisa donne des cours de peinture et crée un réseau dense de connaissances pour Zonaro.

    Zonaro devient immédiatement un grand interprète des motifs orientalistes, qu’il immortalise dans de petits tableaux pour les vendre aux touristes. Son succès est très rapide, car il est rapidement remarqué par les fonctionnaires de la cour. En 1891, l’opportunité que Fausto Zonaro avait attendue se présente enfin : Le sultan Abdul Hamid le nomme peintre de la cour.

    Outre les tableaux officiels destinés au sultan, qui célèbrent l’histoire de Constantinople sous la domination islamique, Zonaro a réalisé de nombreuses impressions d’après nature. Celles-ci comprennent des odalisques et des derviches, des vues du Bosphore et de la Corne d’Or à l’huile et à l’aquarelle, notamment Le derviche hurleur, Bain turc, Prière, Rivages fleuris du Bosphore, Barbiers en plein air et Sur le pont de Galata.

    Peu avant la révolution et son retour en Italie, Zonaro avait gagné la confiance du sultan au point de pouvoir enfin le portraiturer. Le sultan retire alors au peintre sa commande et le renvoie en Italie en 1910, où il s’installe d’abord à Rome, puis à San Remo. À côté des paysages exotiques évocateurs, il peint de belles vues de la Riviera ligure et de la côte française, des marines qui traduisent toute sa maturité et son habileté lumineuse.

    Elena Lago

    LIRE TOUT

    Oeuvres de Fausto Zonaro


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example