Vous avez recherché

Peintre

Benvenuto Ferrazzi


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Benvenuto Ferrazzi

( Castel Madama 1892 - Roma 1969 )

Peintre

    Benvenuto Ferrazzi

    Benvenuto Ferrazzi est né à Castel Madama en 1892 et est le frère du plus célèbre Ferruccio (1891-1978). Artiste indépendant et excentrique, il ne s’inscrit dans aucun mouvement spécifique. Il se forme très tôt auprès de son père Stanislao, peintre, et de son frère Ferruccio, dont il se distingue dès le début.

    Très jeune, il change son prénom Riccardo en Benvenuto, en l’honneur de son sculpteur préféré Benvenuto Cellini. Artiste bohème, créateur inquiet d’une langue singulière et unique, il a mené une vie de vagabond inhabituelle: il n’avait pas de domicile fixe et était accueilli par des congrégations religieuses pour lesquelles il produisait des images sacrées. Pendant un certain temps, par exemple, il a vécu près de la morgue de Santa Lucia in Selci, dans le quartier de Monti. Même les sujets et les thèmes abordés par Benvenuto Ferrazzi n’ont rien d’habituel ou de commun.

    Un artiste tourmenté et bohèmienne

    La spiritualité, l’ésotérisme, les visions personnelles et collectives font partie de ses œuvres graphiques, dans lesquelles les contours épais des personnages et de l’architecture enserrent des couleurs vives et des fonds bidimensionnels, offrant un langage presque cartoonesque.

    Le tourment de l’artiste se retrouve également dans les lieux dépeints dans ses œuvres : non seulement une Rome fascinante et inconnue, mais aussi le monde inquiétant et angoissant des hôpitaux, des asiles et des morgues.

    Il expose ses premières œuvres lors d’une exposition personnelle à la Galleria dell’Epoca de Rome en 1918, où il rencontre un succès immédiat auprès du public et de la critique. Entre-temps, son frère Ferruccio lui présente Anton Giulio Bragaglia (1890-1960) qui l’invite à exposer dans sa Casa d’Arte en 1921.

    Entre réalité et vision: une Rome insolite et cachée

    Il aimait se promener dans les ruelles de Rome, surtout entre Trastevere et Borgo, des lieux intemporels qui ont été les protagonistes de ses toiles visionnaires, révélant des énigmes et des décors qui rappellent un réalisme magique délicat et fabuleux. Les atmosphères entre le lugubre et l’onirique se rejoignent dans des compositions où les vues de Rome sont remplies de personnages inventés ou rencontrés dans les rues, comme on le voit dans de nombreuses œuvres exposées au Sindacali et au Quadriennali à Rome dans les années 1930.

    Via dei Cappellari et Colosseo ont été présentés à l’exposition syndicale de 1930 du Lazio. Lors de l’édition de 1932, il expose Ponte quattro Capi et Il pericoloso. Martirio di San Sebastiano, Il sor Barbetta, L’attesa, Il ciabattino et Le ombre datent de 1934.

    À la Quadriennale de Rome en 1935, il présente neuf œuvres: Sor Parasecoli, Vicolo Moroni, Cavalli, Interno di osteria, Il galeotto, Lo scemo, Il Cristo morto et Nonna morta. Des tableaux remplis des humeurs de la vie quotidienne mais cachée d’une Rome mystérieuse et petite, qui n’est pas célébrée pour sa majesté, mais pour les histoires des derniers et des humbles qui peuplent ses rues, entre réalisme cru et fantaisie visionnaire.

    Foro di Cesare et Foro Olitorio ont été exposés à la Sindacale de 1937, Il riffarolo di Trastevere Vicolo della serpe et Monte piccolo Napoli à la Sindacale de 1938. L’année suivante, à la Quadriennale, il expose Il ghetto di Roma, Il pittore Stanislao Ferrazzi, La finestrella et Piazza del Catalone.

    Tout au long des années 1940 et 1950, Benvenuto Ferrazzi continue à vivre comme un artiste vagabond, bien qu’il expose dans les salons les plus importants. Sa consécration définitive a lieu lors de son exposition personnelle de 1951 à la Galleria Fiorani, où figure l’un de ses tableaux les plus significatifs, Autoritratto con la morte. Il est mort à Rome en 1969, à l’âge de 77 ans.

    Elena Lago

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura

    Oeuvres de Benvenuto Ferrazzi


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example