Vous avez recherché

Peintre

Arturo Noci


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Arturo Noci

( Roma 1874 - New York 1953 )

Peintre

    Arturo Noci

    Arturo Noci, né le 23 avril 1874 à Rome, capitale du Royaume d’Italie depuis seulement trois ans, fait ses premiers pas dans le monde de l’art déjà dans le calme de la maison. Les parents, en fait, étaient tous deux des artistes établis. Son père Ercole était un sculpteur, peintre et incrustateur, spécialisé dans le verre peint. Avec son père Giuseppe, il avait un atelier à via Fontanella Borghese: un véritable laboratoire de design ante litteram, où le mobilier était produit pour d’élégantes résidences aristocratiques, très appréciées même en dehors de l’Italie.

    Parmi les clients du studio Noci, citons Matilde Serao et Edoardo Scarfoglio qui, comme le raconte en 1885 le jeune Gabriele d’Annunzio rédacteur en chef de “La Tribuna”, avaient confié à Ercole et Giuseppe Noci la réalisation du mobilier de leur maison de mariage à Rome, décrit en détail par le poète des Abruzzes. Sa mère, Tecla Monacelli, était aussi peintre: une “peintre hors du commun”, selon le poète et journaliste Giacinto Stiavelli, “habile, plus que toute autre chose, à copier des tableaux anciens, dont certains seraient échangés, à première vue, avec le même originale, telle est la sagesse avec laquelle elles sont conduites ».

    Il est donc concevable que ce soient les parents qui ont encouragé le très jeune Arturo à entreprendre des études artistiques en 1887 à l’Institut royal des Beaux-Arts de Rome, sous la direction du peintre Filippo Prosperi (Artena 1831 – 1913), qui a enseigné le cours dessin. Déjà dans le domaine académique, Noci a eu ses premiers remerciements, étant plusieurs fois lauréat de concours internes, à la fois dans la figure, dans la perspective et dans l’ornementation: ce sont des années de dévouement absolu à l’étude, dans lesquelles il puise inlassablement sur ses carnets des morceaux de nature et nombreux portraits et peintures des sujets les plus divers, souvent sur de petits formats, expérimentant même la peinture sur céramique selon la tradition familiale (on connaît une petite plaque ovale avec une scène de vaches au pâturage datée de 1888. Rome, collection privée).

    Grâce à l’excellente réputation qu’il a acquise à l’Institut des Beaux-Arts, Noci atteint bientôt d’autres objectifs importants: en 1895, il est nommé membre à part entière de l’Association artistique internationale de Rome, tandis qu’en 1896, il reçoit le prix Stanzani de peinture organisé par l’Académie. dei Virtuosi del Pantheon et en 1897, en plus de la médaille d’encouragement pour le “prix du paysage” de l’héritage Werstappen de l’Académie de San Luca, il obtient une pension de quatre ans au Pio Istituto Catel.

    Les œuvres de cette période révèlent un langage artistique déjà défini, personnel et reconnaissable, bien que filtré par l’influence des artistes internationaux les plus intéressants actifs à la fin du XIXe siècle. La première référence, pour Noci comme pour les autres peintres romains de sa propre génération, est Antonio Mancini, «ce grand artiste qui exerce une fascination sur les jeunes talents qui se donnent à la peinture» 8.

    Son collègue Camillo Innocenti, l’un des peintres les plus proches du sentiment artistique de Noci, qui rappelle dans son autobiographie, est l’une des preuves les plus marquantes de l’intérêt porté par les jeunes à la peinture de Mancini au début des années 90 du XIXe siècle: ” dès que nous avons commencé à voir les peintures de Mancini, nous les jeunes avons même perdu la tête. J’ai été rejoint par les grondements dans la maison de mon père et de mon frère aîné qui m’ont reproché de courir après un fou. J’ai dégluti, mais je n’ai pas changé d’avis.

    Je suis allé le voir dans une étude en dehors de Porta del Popolo […] la suggestion de sa peinture était si forte que nous, les jeunes, étions tous devenus des imitateurs sans, bien sûr, jamais nous rapprocher un peu plus de la puissance et de la vivacité de son art. Mais nous l’avons copié en stylisant un modèle, en choisissant une couleur ». De la même manière, le peintre Fausto Vagnetti, dans un article dédié à son collègue romain Umberto Coromaldi – un autre artiste très proche de Noci à la fois dans un sens artistique et humain – se souvient: «nous étions vers 1890 quand Antonio Mancini commença à acquérir la renommée d’un puissant maître de la la peinture contemporaine, en échange de la faim que lui avaient fait souffrir l’asinité et le misonéisme, et les très jeunes artistes romains s’étaient rassemblés autour de lui pour entamer la lutte éternelle du nouveau contre l’ancien ».

    De Mancini, Noci a d’abord assimilé la prédilection pour les couleurs pures et le potentiel d’accords de tons chauds, souvent appliqués avec des coups de pinceau denses. Bien que des échos gauchers puissent être vus tout au long de la période romaine de Noci, c’est dans ses peintures de figures réalisées entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle que la leçon du maître devient plus évidente: voir, par exemple, le fils prodigue de 1898 (Rome, Académie Pontificale Distinguée des Beaux-Arts et des Lettres des Virtuoses au Panthéon) et Un fervente del 1900, présentée à l’exposition de la Société des Amateurs et Culteurs la même année dans la salle du groupe «In Arte Libertas»; ou le Bacchant de 1901, dont l’expression semble rappeler celle des protagonistes des portraits gauchers, caractérisée, comme l’écrit Ugo Ojetti, par «ce rire un peu figé et tendu de l’acrobate qui sauta alors du trapèze».

    Parallèlement à des paysages, des scènes de réminiscence vannutellienne comme la Villa Borghese et des intérieurs étudiés sur la vie, comme en témoignent les nombreux croquis dans des cahiers, Noci a créé quelques tableaux de sujets de l’Ancien l’histoire ou la peinture sacrée pour tout jeune artiste actif entre Rome et Naples dans la seconde moitié du XIXe siècle) était enveloppée d’échos symbolistes: voir, par exemple, Répudiation d’Agar et Judith et Holopherne.

    La comparaison avec la peinture internationale est évidente dans cette production, avec une référence particulière à l’Angleterre et aux préraphaélites. La connaissance des œuvres de peintres tels que Rossetti, Burne Jones et Waterhouse, en plus de leur diffusion dans de nombreux magazines spécialisés de l’époque, est due à l’influence exercée sur les jeunes peintres romains par Giulio Artistide Sartorio, qui avait montré adhérer au vague esthétisant entre le milieu des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix du dix-neuvième siècle dans le sillage des suggestions poétiques de Gabriele D’Annunzio.

    La dette de Noci envers l’esthétisme de D’Annunzio filtré par le pinceau de Sartorio est forte dans des œuvres telles que Femme cueillant des fleurs, un essai final pour le retraité du Pio Istituto Catel. En tout cas, l’artiste semble ici faire référence à une iconographie portée au succès commercial par Waterhouse, auteur de nombreuses peintures représentant des femmes désireuses de cueillir des fleurs, et encore plus tôt par Lawrence Alma Tadema, dans des œuvres comme Flora ou Spring Villa Borghese (collection privée).

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example

    © Copyright Berardi Galleria d'Arte S.r.l.