Vous avez recherché

Peintre

Afro Basaldella


Êtes-vous intéressé par les vente ou l'achat de ses œuvres?

Nous achetons les œuvres de cet artiste

et d'autres peintres et sculpteurs du XVIe siècle à la première moitié du XXe siècle

La galerie Berardi offre un service gratuit pour l'évaluation des œuvres d'art anciennes et moderne. Pour trouver votre chemin sur le marché de l'art, très complexe et plein de nuances, il vaut mieux compter sur un consultant professionnel qui peut répondre rapidement et concret à vos besoins. La clarté des réponses résoudra efficacement la nécessité d'estimer ou de vendre un actif.

Contactez-nous immédiatement sans engagement

Réponses aussi en 24 heures:

Téléphone

06.97.606.127

E-mail

info@berardiarte.it

Whatsapp

347.783.5083

Afro Basaldella

( Udine 1912 - Zurigo 1976 )

Peintre

    Afro Basaldella

    Afro Basaldella a étudié au Liceo Artistico de Venise de 1926 à 1931. En 1928, alors qu’il est encore étudiant, il participe à l’exposition de l’École d’avant-garde du Frioul à Udine, avec Nature morte et Sur les toits. En 1929, il obtient une bourse de la Fondazione Artistica Marangoni d’Udine et décide de faire un voyage d’études à Rome avec son frère Mirko.

    Ils ont immédiatement fait connaissance avec l’école romaine : ils se sont tous deux liés d’amitié avec Corrado Cagli, Scipione et Mario Mafai. S’installant à Milan, il rencontre Arturo Martini, présenté par son frère Mirko, déjà élève de son atelier. C’est à cette époque qu’Afro commence à exposer ses premières œuvres à la Galleria del Milione, notamment Natura morta con pesci (Nature morte avec des poissons), L’ultimo circo (Le dernier cirque), Pulcinella (Punchinello) et Uomo che si asciuga (L’homme qui se dessèche).

    En 1934, il retourne à Rome et se rapproche de Giuseppe Capogrossi, Pericle Fazzini et Renato Guttuso. En 1935, il présente Natura morta et Pittore al cavalletto à la Quadriennale de Rome. Trois ans plus tard, à la Mostra del Sindacato di Belle Arti del Lazio, il expose Canto della luna et Baccante, et en 1939, toujours à la Quadriennale, deux Nature morte et Composizione. Forum romain, Basilique de Maxence et Palatin sont des œuvres étroitement liées à la période où Afro s’identifie à l’école romaine et à un tonalisme d’ascendance vénitienne.

    En ce qui concerne les peintures murales, il travaille en 1936 à l’Opera Nazionale Balilla d’Udine, tandis qu’en 1937, avec Corrado Cagli, il réalise des panneaux avec des vues idéales de Rome pour l’Exposition internationale de Paris. En 1938, il décore la Villa del Profeta à Rhodes, une œuvre tonale vivante et passionnante.

    À Paris, il s’approche du cubisme et devient, dans les années 1940, l’un des principaux interprètes du néo-cubisme, comme en témoignent les œuvres exposées à la Galleria dello Zodiaco de Rome en 1946. Les toiles de cette phase sont Planet of Fortune, Louisiana Negro et Beach, qui découlent également de son voyage aux États-Unis en 1950.

    Cette expérience l’a surtout aidé à passer du signe géométrique de l’art néo-cubiste au signe doux et chromatique de l’abstractionnisme. En ce sens, la figure d’Arshile Gorky joue un rôle fondamental, lui inspirant des œuvres telles que Pietra serena, Doppia figura, Le fosse-Sutri, Macchia delle serpi, San Diego, Il ponte.

    Signes et éclats de couleur se rencontrent dans une description suspendue et abstraite du monde, avec une forte sensation émotionnelle exprimée également par les titres, qui sont liés à la réalité. En 1951, à son retour à Rome, il participe à l’exposition “Arte Astratta e Concreta – 1951” à la Galleria Nazionale. Il rejoint ensuite le Gruppo degli Otto (Groupe des Huit), avec lequel il expose à la Biennale de 1952, présentée par Lionello Venturi.

    Désormais fortement intégré dans la poétique de l’art informel italien, il obtient de nombreux prix et récompenses ; il expose dans des expositions personnelles et ses premières monographies commencent à être publiées. En 1958, il réalise sa dernière fresque : Le Jardin de l’Espoir pour le bâtiment de l’UNESCO à Paris. En 1968, il fait une exposition personnelle à la galerie Viviano de New York, où apparaissent La grande clessidra, Il grande nero et Viale delle acacie.

    Dans les années 1970, ses œuvres deviennent plus rares, en partie à cause de la mort de son frère Mirko. Les couleurs sont devenues plus vives et plus dramatiques, la toile un fond plat, avec moins de profondeur que dans les années 1960. Les exemples sont Arena, Arancio ceruleo, Bandiera di contrada et Tiresia. Dans les dernières années de sa vie, il se consacre principalement à la création de graphiques et de tapisseries, dans son atelier du Castello di Prempero à Udine. Il est décédé à Zurich en 1976.

    Elena Lago

    LIRE TOUT

    acquisto opere artisti e stima pittura e scultura


    D'autres artistes qui pourraient vous intéresser

    Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

    Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

    Example