Bruno Croatto: La magie de la réalité

ENTREZ POUR VOIR LES OEUVRES

  Aligné sur la sensibilité du réalisme magique, Bruno Croatto de 1925 à Rome s'est inspiré des anciens maîtres pour atteindre une perfection stylistique hyper-réaliste et incomparable. La certitude de son style le conduit alors en 1929 à organiser une exposition personnelle à la galerie Reitlinger à Paris, l'une des Maison internationales les plus réussies.

Nouvelles propositions

Dernières Nouvelles

mai , 2021

Bruno Croatto: La magie de la réalité

ENTREZ POUR VOIR LES OEUVRES   Aligné sur la sensibilité du réalisme magique, Bruno Croatto de 1925 à Rome s’est inspiré des anciens maîtres pour atteindre une perfection stylistique hyper-réaliste et incomparable. La certitude de son style le conduit alors en 1929 à organiser une exposition personnelle à la galerie Reitlinger à Paris, l’une des […]

mars , 2021

Umberto Bottazzi (1865 – 1932): Un “pittore di chimere” tra Simbolismo e Secessione

Marzo 2021

ENTRA PER VISIONARE LE OPERE   Dopo quasi cento anni ritornano in una mostra le opere pittoriche di  Bottazzi, uno degli artisti più eclettici che hanno caratterizzato quella sorta di secondo Rinascimento che ebbe luogo a Roma tra Ottocento e Novecento. La sua pittura, colta ed ermetica, spazia dalla sperimentazione divisionista al simbolismo internazionale.

février , 2021

ENTRA NELLA VIEWING ROOM   Pittore aristocratico e ricercato, Mengarini fu uno dei protagonisti della stagione divisionista e della Secessione romana. Contraddistinto da un puntinismo vicino ai modi di Pellizza da Volpedo, il suo stile si riconosce per il chiaro luminismo e per un sentore di magico che incanta l’osservatore.  

novembre , 2020

Novembre 2020

Le nouveau site Web de la galerie est en ligne. Avec de nouveaux contenus, des informations et en particulier la nouvelle section VIEWING ROOM, une galerie virtuelle où seront présentées les prochaines expositions monographiques consacrées aux artistes du XIXe au XXe siècle. Dans la section TRAVAUX, les nouvelles acquisitions seront mises à jour mensuellement avec […]

janvier , 2020

27 février – 4 avril 2020

Lieu d’exposition: BERARDI Galleria d’Arte – Rome Organisation: Galerie d’Art BERARDI Événement: Giovanni Battista Crema (1883-1964): divisionnisme, symbole et réalité Interprète original du divisionnisme italien, Giovanni Battista Crema fut l’un des peintres les plus prolifiques de la scène romaine des premières décennies du XXe siècle. Né à Ferrare d’une famille aisée, dans le “Palazzo Crema” […]

janvier , 2020

8-16 février 2020

Lieu de l’exposition: Parc des expositions Modena Fiere, via Virgilio 70-41123 Modena Organisation: Modena Fiere Événement: Exposition d’Antiquités Modenantiquaria XXXIV – IL GUERCINO STAND. 12 A l’occasion de la XXXIVe exposition d’antiquités à Modène, Berardi présentera trois groupes thématiques. Tout d’abord, l’avant-première de la rétrospective du peintre ferrare Giovanni Battista Crema, dont l’inauguration aura lieu […]

La magie de la réalité

Teresa Sacchi Lodispoto

 

Né le 12 avril 1875 à Trieste, alors port prospère et centre d’affaires de l’empire austro-hongrois, Bruno Croatto se forme d’abord dans sa ville natale et à partir de 1892 environ à l’Académie de Munich. Dans l’environnement animé de Munich, il connaît la recherche impressionniste sur la couleur filtrée à travers les traits stylistiques nordiques de magazines tels que «Jugend» et «Simplicissimus» et reçoit les stimuli de la Sécession et de Max Liebermann et Franz von Stuck. Paradigmatique, cependant, doit avoir été pour l’artiste le classicisme d’Anselm Feuerbach à travers lequel il affronte les leçons des maîtres italiens et flamands du XVe siècle et de van Dyck et Rubens, étudiés dans les salles de l’Alte Pinakothek. Après avoir fait ses débuts en 1895 à la Bourse de Trieste avec ses camarades Arturo Fittke et Achille Tamburlini, il participe en 1897 à la Biennale de Venise, exposition à laquelle il sera présent de manière continue entre 1912 et 1924. Parmi ses premiers connus. il y a l’affiche de 1902 des maîtres chanteurs de Nuremberg, œuvre graphique d’origine nordique, et le Portrait de la mère endormie, qui peut être placé après 1904, dans lequel la leçon d’Arturo Rietti de Trieste, dont l’utilisation du le pastel, se mêle aux suggestions nordiques et en particulier à la leçon de Munch dont les travaux publiés par Vittorio Pica dans “Emporium” avaient suscité un grand intérêt. À la recherche de nouveaux thèmes et motifs, Croatto s’installe vers 1908 à Orvieto, la “ville du silence” d’Annunzio, où il se lie d’amitié avec Umberto Prencipe et se spécialise dans la gravure et l’aquatinte, techniques privilégiées pour donner forme à des visions oniriques et nocturnes. Pendant deux ans, grâce également à la fréquentation des milieux artistiques romains, il fait sien tous les secrets de la gravure sur cuivre. Le dessin devient un instrument d’investigation à travers lequel s’approprier l’essence des données phénoménales et la transfigurer dans une dimension de pure objectivité, tandis que la couleur devient de plus en plus plate et les choix chromatiques s’orientent vers le contraste des couleurs chaudes et froides. L’espace est progressivement dégagé pour mettre en valeur la figure humaine dans les portraits dans les natures mortes des objets. La période entre 1910 et le déclenchement de la Première Guerre mondiale a été marquée par des voyages en Italie à la recherche de motifs dûment enregistrés par dessin et reproduits dans des gravures. Les gravures nous permettent de retracer les coordonnées de la carrière artistique de ces années. La vision rapprochée et fragmentaire de la réalité commune aux artistes romains de la fin des années 1910 est présente dans une série de vues de la Villa Borghèse; Les vues nocturnes de Venise, proches des visions de Mario de Maria, et de Rome, similaires aux résultats du divisionnisme romain, sont placées vers 1912. L’activité d’exposition est également intense en même temps. A côté des expositions au cercle artistique de Trieste (1897, 1912, 1924, 1926, 1928), il y a aussi les critiques d’Amatori et Cultori à Rome (1908, 1912), de l’Opéra Bevilacqua La Masa à Venise (1909) et le ‘Exposition de Munich (1911). Après l’arrêt de la guerre, pendant lequel Croatto, qui a toujours été un irridentiste, est hospitalisé dans une clinique de Ljubljana pour ne pas se battre avec l’armée autrichienne, le style de gravure devient de plus en plus lumineux, synthétique et dessinant en ligne. avec les développements contemporains du noir et blanc italien. Parallèlement à la recherche picturale des années 1910, qui se développe dans le sens du post-impressionnisme. L’étude des effets atmosphériques, rendus avec un matériau pâteux, est le protagoniste des vues de Trieste, Venise et Rome. Mais c’est après la guerre que Croatto atteint sa maturité artistique sous le signe du retour à l’ordre dans le sens du réalisme magique théorisé par Massimo Bontempelli. L’abandon des avant-gardes et l’étude des grands maîtres des XIVe et XVe siècles italiens, avaient conduit des artistes tels qu’Antonio Donghi, Felice Casorati et Cagnaccio di San Pietro à une peinture de pure vision, dans laquelle les données réelles étaient transfiguré dans un immobile et enchanté. La technique, le travail, cette pratique constante exercée pendant des années à travers la technique difficile de la gravure, colonne vertébrale de la poétique de Croatto, a été capturée par le critique Silio Benco: «il a toujours souffert d’une sorte d’impératif, qui ne lui venait pas seulement de la étude du XVe siècle […], mais à partir de la suggestion de ses propres qualités individuelles les plus fortes: la main ferme du créateur, la froide discipline de l’œil pour s’isoler sur ces réalités exactement qu’il voulait frapper, sa faculté discerner sans aucun doute et placer des valeurs locales “. Dans les œuvres du début des années 1920, principalement des portraits et des natures mortes, il est possible de reconnaître le nouveau parcours de sa peinture. Le protagoniste et l’inspiration d’une longue série d’œuvres à travers lesquelles suivre l’évolution du portrait de Croatto au fil des ans est son épouse Ester Igea Finzi, mariée en 1919. Ce sont des peintures qui reflètent une élégance bourgeoise et intemporelle, qui se reflète dans la sophistication natures mortes avec fleurs, vases et objets orientaux. Après avoir déménagé à Rome en 1925, l’artiste est resté à l’écart du courant dominant de l’art officiel, bien que son atelier à domicile sur la via del Babuino était fréquenté par un public d’élite, souvent le protagoniste de ses portraits et de sa présence dans des expositions. constante, jusqu’à la consécration internationale avec le personnel en 1929 à Paris à la Galerie Reitlinger. Avec son style forgé au fil des années de travail et à travers l’étude des maîtres anciens, l’artiste se retrouve à combler un vide entre tradition et modernité: traditionnel dans le langage et la technique, moderne dans la mise en scène, dans les vêtements et, parfois, dans une certaine impudence séduisante. ou au contraire la hauteur austère de ses modèles. Sa peinture est la représentation parfaite de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie, composée d’industriels et de financiers, d’hommes politiques et de diplomates, qui peuplent les salons et les lieux du pouvoir romain. C’est un monde rassurant, simple et immuable, décrit de la même manière par Ghitta Carell, la photographe officielle de l’époque. C’est une société qui choisit d’être dépeinte par un artiste et photographe discret, qui évite le bavardage de la vie sociale et le public des débats artistiques, deux véritables artisans de la fabrication. En faisant défiler les noms des hommes, représentés selon des traits stylistiques de la Renaissance assis à la table de travail ou sur fond de paysage, on reconnaît le critique d’art Francesco Sapori (1932), le directeur général du ministère de l’Éducation nationale Ernesto Franco (1935- 36), le comte Ernesto Vitetti (1938), Pietro Mascagni (1939). Robes de soirée et de jour, velours, soies et taffetas, fourrures, perles, bagues précieuses, coiffures à la mode caractérisent, en revanche, des portraits féminins en intérieur ou sur fond de paysage, parfois divisés par un drap sombre inspiré du modèle de la Renaissance vénitienne. . Dans les compositions aux vases à fleurs et dans les natures mortes aux fruits et gibiers, chinoiseries et ornements orientaux sont associés au précieux verre de Murano, véritable objet culte de la bourgeoisie des années 30. Ce n’est pas un hasard si les mots d’appréciation viennent du critique Remigio Strinati en 1931 sur les pages de “l’Almanach de la femme italienne”, un magazine dédié à ces dames qui sont les récipiendaires de son art: grande classe; dans quelle peinture puissante ils jouent des bibelots exquis pour les femmes et pour la maison “. Les dernières années de la vie de Croatto sont marquées par la satisfaction professionnelle, mais aussi par un travail intense. Il existe de nombreux autoportraits avec lesquels l’artiste s’examine et représente les outils de son métier avec sa main. Comme en témoigne une lettre adressée à son frère le 3 mars 1942, à l’occasion de l’exposition personnelle tenue à la Galleria La Barcaccia, Croatto avait réalisé un tableau tous les trois jours. C’est l’un de ses derniers travaux, avant sa mort à Rome le 6 septembre 1948.

A. Colantuoni, Artisti della Redenta. Un poeta dell’acquaforte: Bruno Croatto, in “L’Ardita”, I, 1919, 1, pp. 465-469

B. [Silvio Benco], La mostra di Bruno Croatto, “Il Piccolo della Sera”, 1 dicembre 1923

Catalogo mostra Bruno Croatto. Acqueforti originali, catalogo della mostra con presentazione di S. Benco (Bologna, Circolo di Cultura, 9 aprile 1926), Bologna, Stabilimenti Poligrafici Riuniti, 1926

S. Benco, La mostra di Bruno Croatto, “Il Piccolo della Sera”, 7 febbraio 1927

Bruno Croatto, catalogo della mostra (Roma, La Camerata degli artisti, 1-15 febbraio 1932), Roma, 1932

P. Scarpa, Bruno Croatto, “Il Messaggero”, 21 febbraio 1934 

R. Strinati, Il pittore Bruno Croatto, in “Il Regime fascista”, 18 marzo 1939

P.S. [Piero Scarpa], Mostre d’arte. Croatto, “Il Messaggero”, 26 febbraio 1943

D. Mugittu, Bruno Croatto, Trieste, Fondazione CR Trieste, 2000 (con bibliografia precedente)

Viewing Room

Dernières publications

Abonnez-vous à notre newsletter et commencez à recevoir nos prochaines expositions et nos dernières œuvres d'art!

Le site est constamment mis à jour avec des œuvres inédites des protagonistes de la peinture et de la sculpture entre les XIXe et XXe siècles.

Example